mardi 10 avril 2018

Un autre Temps


Voilà,
il est possible que bientôt, ces menus plaisirs ces joies simples nous paraissent d'un autre temps. Non pour leur caractère désuet, mais parce qu'ils nous sembleront la trace d'une époque où l'on entretenait l'illusion qu'il ne pouvait en être autrement et qu'il en serait toujours ainsi. La Guerre était une chose lointaine qui n'aurait pas lieu. Bien sûr il y avait ces réfugiés de plus en plus nombreux, mais pour se voiler la face et non sans une certaine duplicité nombreux étaient ceux qui s'efforçaient de nous convaincre que la misère qu'ils fuyaient étaient "seulement" économique, comme si la Guerre n'avait jamais rien eu à voir avec l'économie. Ces migrants n'étaient pas des victimes mais des envahisseurs dont il fallait se débarrasser. On voulait pêcher tranquille, bronzer tranquille, profiter du soleil sans avoir de questions à se poser. Mais au fond, si on ne voulait pas se l'avouer on réalisait pourtant que tout allait de traviole et que tôt ou tard ça finirait par vraiment déconner. Le culte du présent amplifiait la capacité d'oubli. Un attentat chassait l'autre, un nouveau massacre faisait oublier le précédent. Certains pressentaient, supputaient, sans vraiment savoir par où ni comment cela se manifesterait. Une étincelle mettrait le feu au poudre, c'était possible. Mais on se voilait la face espérant que cela soit peu probable. C'est à cela qu'on pensera d'ici quelques années, et l'on se rappellera comme alors il avait alors semblé doux le premier soleil du printemps. Et charmante, avec son ombrelle, cette bourgeoise d'un autre temps ainsi que ce pêcheur paisible.


Et les gens attablés en terrasse, s'efforçaient de ne pas penser aux enfants gazés de Kahn Sheikhoun, aux morts du métro de Saint Petersbourg, à l'homme en voiture qui avait foncé dans la foule à Stockholm, à ceux qui quelques jours auparavant avaient fait de même à Londres, et qui, quelques semaines plus tard feraient pire encore. C'était un temps de campagne électorale aussi, plus affligeante et médiocre que toutes celles qui avaient précédé. L'arrogance le disputait à la bêtise, et l'homme à la tête d'enfant, comme je l'avais lu dans la traduction d'une publication chinoise, celui à qui personne un an auparavant n'accordait la moindre chance, avait fini par gagner. Espéraient-ils que le désenchantement serait plus supportable parce qu'il avait le visage de la jeunesse ?

2 commentaires:

  1. Ainsi va la vie.... les "C'était avant" et "de mon temps " ont toujours existé ! Les terreurs les fuites les espoirs les rêves aussi. Finalement il ne reste que ça les rêves.. .

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir