vendredi 23 mars 2018

Campagne au matin


Voilà,
je me souviens avoir réalisé le matin où j'ai pris cette photo, qu'on n'entendait pas beaucoup d'oiseaux dans cette campagne, où je ne viens plus que très rarement. Il se dégageait de ce paysage, un sentiment de tristesse infinie très mortifère. Bien des semaines après, en tombant sur une vidéo de Claude Bourguignon, j'en ai compris la raison. Elle est due à l'agriculture intensive pratiquée par un fermier, Jean-Pierre Pujos qui possède toutes les terres du coin. L'utilisation massive de pesticides et d'engrais chimiques depuis tant d'années a tellement appauvri le sol, que vraisemblablement il ne s'y trouve plus de vers ni d'insectes en quantité suffisante pour que les oiseaux puissent s'y nourrir, ce que confirme d'ailleurs ce récent et terrifiant article du journal "Le Monde". Il est possible que le phénomène s'amplifie de façon alarmante, et qu'une fois encore on en prenne conscience que très tardivement. Toutes ces entreprises comme Bayer et Monsanto, mènent des politiques écologiques dévastatrices. Il serait temps que les crimes contre la nature soient considérés comme des crimes contre l'Humanité, et que les responsables en soient punis avec sévérité. (Linked with The weekend in black and white)

19 commentaires:

  1. La résistance s'organise, de plus en plus de "jeunes" agriculteurs reviennent à une culture "raisonnable". Les haies sont replantées et le mot jachère n'est plus un gros mot.
    Imagine Arnaud ta photo sera peut-être photo d'archive dans... ( on peut rêver, non ?)

    RépondreSupprimer
  2. Especially with Beyer buying Monsanto... Lovely image. Frightening thoughts. And thanks for the especially nice words on mine today (Thursday).

    RépondreSupprimer
  3. Pauvre terre privée d'aliments, de fleurs, d'insectes et d'oiseaux...mais, comme le dit Christine, un retour est possible et (un peu) en marche; les premiers affectés étant le agriculteurs eux-mêmes, le mouvement devrait s’étendre, et toi d'entendre à nouveau pépier de tous côtés.

    RépondreSupprimer
  4. Christine reste optimiste, je ne le suis pas. Il est déjà trop tard. Si ce n'est nos enfants, nos petits-enfants n'auront plus que s'en mordre les doigts et essayer de se les manger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est encore possible (et on ne peut pas dire que je sois particulièrement ni optimiste ni bienveillante concernant l'humain) des signes sont là tangibles, si l'homme ose remettre ses mains dans la terre et elle revit, s'il (ré)apprend à la regarder elle refleurit. Lisez donc ce si beau petit bouquin de Benoît Fontaine, "la quête du naturaliste" sous-titré "petites observations sur la beauté et la diversité du vivant" (Transboréal éditeur)
      Un bonheur !

      Supprimer
  5. What a moody day and landscape looks like a perfect place to bike or drive through.

    RépondreSupprimer
  6. Magnifique photo et témoignage troublant ! Il est vrai que les oiseaux se font de plus en plus rares ... les pratiques agricoles intensives liées à la surpopulation des chats domestiques en sont en majeure partie responsables !

    RépondreSupprimer
  7. Such a very beautifuland peaceful image!

    RépondreSupprimer
  8. Désolante monoculture...
    Je ne suis pas aussi optimiste que Christine. Il est vrai, de jeunes "paysans" cherchent à cultiver de manière plus respectueuse, mais les terres manquent: c'est là un obstacle majeur pour l'installation de ces jeunes qui voudraient changer les modes de cultures. Les terres sont, hélas !, pour beaucoup, entre les mains des agriculteurs industriels et ceux là ne sont pas encore prêts à changer. Dans mon village, par ex, un agriculteur, à lui seul, travaille une centaine d'hectares. C'est énorme.
    Sinon, je recommande le très instructif "Le sol, la terre, et les champs" de Claude Bourguignon.

    RépondreSupprimer
  9. Really nice shot! The layers of shadow and mist work well in B&W...

    RépondreSupprimer
  10. It's the way of man Kwarkito.. we are slowly and not so slowly destroying our beautiful world.. so sad :(

    RépondreSupprimer
  11. dès qu'il fera moins froid j'espère de nouveau entendre chanter les oiseaux au lever du jour
    dans les arbres sur la place en face de chez moi! mais je crains que les promoteurs qui vont
    détruire la petite maison que j'adore et que tu as vue sur mon post, fassent aussi tomber les
    arbres pour mettre ces fichus immeubles à la place ! ça me rend malade !! pas de vie possible pour
    les oiseaux à la campagne ni en ville ! c'est triste

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir