jeudi 3 août 2017

Pirosmani



Voilà,
En passant un jour devant ce restaurant situé rue Boutebrie j'ai repensé au film géorgien de Gueorgui Chengelaia vu autrefois au cinéma Cosmos situé rue de Rennes et qui s'appelle aujourd'hui l'Arlequin, où l'on ne projetait que des films des républiques socialistes soviétiques. Je ne me souviens que de très peu, si ce n'est de son découpage en séquences. Je n'avais à l'époque pas compris grand chose, et cette façon de filmer me paraissait étrange pour évoquer des épisodes de la vie du peintre Pirosmani. Pourtant j'étais ressorti ému et assez troublé. J'aimerais bien le revoir. Mais peut-être s'agit-il d'autre chose. Me voici, je suis bien obligé de l'admettre, à l'heure des bilans, (avec insistance, l'administration me somme déjà de faire celui de ma vie professionnelle). Il est possible qu'en fait j'aie simplement envie d'aller à la rencontre de qui-je-fus-alors et de m'excuser auprès de lui de n'avoir pas été à la hauteur de ses rêves, de ses curiosités, et d'avoir réduit ses espérances en illusions pathétiques. Mais bon, au moins je ne me suis pas soumis, je n'ai pas marché au pas, ne suis pas rentré dans l'ordre, ne me suis pas laissé embrigadé, n'ai pas suivi de leader. C'est déjà ça. Toujours à propose de Chengelaia, mais cette fois d'Eldar son frère aîné, j'ai vu plus tard, dans le même cinéma un film savoureux qui s'appelait "Les montagnes bleues" décrivant une maison d'édition où les employés s'acharnaient à en faire le moins possible. J'avais emmené avec moi mon frère cadet de passage à Paris, pour qu'il voit autre chose que les conneries qu'il avait l'habitude de regarder, mais je ne suis pas certain qu'il lui en soit resté grand chose.

5 commentaires:

  1. Your photo has a wonderful flair... I know the painter Pirosmani, have a small book, but the best story about him wrote Konstatin Paustovsky in his autibiographic nouvel "Jump into South" or "Book of wanderings" - the fifth or sixth of them.

    RépondreSupprimer
  2. Il en reste toujours quelque chose, pas toujours ce que l'on espérait, souvent plus ou mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne pense pas. Disons qu'il peut parfois en rester quelque chose, pour certains même une empreinte durable. Mais il y a certains êtres si dénués de sensibilité et d'intelligence, sur lesquels la beauté le talent ne laissent aucune trace. Je ne peux pas souscrire à cette vision angélique quand je vois le nombre de fan de Cyrille Hanouna, ou ceux qui pensent que nabila est écrivain parce qu'elle a publié un livre :-)

      Supprimer
  3. Thanks for your visit and interesting comment. About the brothers Zdanovych K. Paustovsky wrote too in the same book, he has lived a time as a visitor in their home and here he was fallen in love with the sister of Polish painter Zygmunt Waliszewski. Of course, I know these artists, but I had not known before, that Cyril Z. wrote a Pirosmani biography. Found it only in an English issue from 1963 (Tbilissi) in the web, but I will search for a Russian issue. Better for me, when it isn't in German. And I had not known before about the movie. Just have seen some pictures and they looks like a movie for me. Necessarilay will look at it!

    By the way: once I made a post about Paustovsky and his books for an old meme about books and clothes, personal styling in according to a literary charakter. Only just for fun...
    http://maschas-buch.blogspot.de/2014/05/literary-stylings-konstantin-paustovsky.html

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir