mardi 6 juin 2017

Un Tas de Cendres


Voilà,
entre le reste du monde et Bixente Ariloba s'interpose parfois, à certaines heures avancées de la nuit, la fugitive mais obsédante vision de ce corps autrefois si souvent désiré désormais réduit à un misérable petit tas de cendres. Dans le vertige où parfois se crispe l'éblouissant souvenir d'une folie partagée qui avait fini par les dévaster l'un et l'autre, la gorge brûle cependant d'un encore vivace et trop douloureux chagrin. Pendant quelques années il avait cru pouvoir oublier. Maintenant, il appréhende la nuit peuplée de fantômes et de questions. Il dort comme un fugitif. Sans trouver le repos. Sommeil comme le No man's land d'une frontière barbelée. 

2 commentaires:

  1. I find it difficult to follow the idiotic translation, so I will react only to the picture--- I'm reminded of some religious art with the body of the slain Christ being supported by his mother. Reminded is the key word here. Much to ponder. Loved the instagrams, by the way. Ordered Michel Legrand's Piano and Cello Concertos by the way....

    RépondreSupprimer
  2. Terribles cette image et ce récit. Fascinants et dérangeants...

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir