mardi 16 février 2016

Le bleu du ciel dans le jour froid




Voilà
J'en ai déjà parlé dans ce blog, ce temps là, je veux dire ce ciel bleu et pur avec ce froid sec, tout cela me rappelle des souvenirs de poussette quand j'étais enfant. Oui ce sont là sont doute les premiers qui se sont inscrits dans mon corps : je suis emmitouflé dans des vêtements chauds, assis dans la poussette quelqu'un la guide et le monde bouge autour de moi. Souvent je me dis que j'aimerais de nouveau éprouver cette sensation, mais aussitôt je me ravise, car cela signifierait que je suis vieux impotent, incapable de me déplacer seul autrement que dans une petite chaise roulante. On ne rechigne pas à sortir les enfants dans leur poussette car on les conduit vers l'avenir alors que les petits vieux dans leur chaise roulante d'une part sont beaucoup plus lourds et encombrants et d'autre part nous rappellent notre condition de déchets à venir. Et puis si les enfants babillent n'oublions pas que les vieux radotent. Donc si un jour je suis incapable de me déplacer seul, qu'on me laisse m'effacer de ce monde, je ne supporterais pas d'être un poids pour ce qu'il me restera d'entourage. Mais c'est une autre histoire. Bref, cette lumière me donnait une sorte de sensation de plénitude. D'ailleurs j'ai eu tendance ce matin à avoir envie de tout photographier : les arbres se découpant dans le ciel, la fille près du kiosque à journaux, le pigeon près de la flaque où se reflétait un auvent à moitié abandonné. Généralement je ne suis pas un photographe avec un sens aigu de la lumière comme peuvent l'être Bill ou Laura peut-être parce que ils vivent dans la nature, j'ai plutôt tendance à photographier les objets les murs les environnements urbains et j'aime traficoter les images. Mais aujourd'hui cette lumière franche, crue, magnifique m'exaltait. Évidemment comme je suis un type pas vraiment porté sur l'optimisme, je me suis méfié me demandant si je serais aussi sensible à une telle lumière et si les souvenirs remonteraient avec autant d'intensité en suscitant une telle joie si je vivais à Fukushima ou Tchernobyl. Oui cette lumière, elle me rendait heureux — enfin n'exagérons rien — disons que j'éprouvais un plaisir d'être là, vivant, au monde, qui n'est pas si fréquent — du moins quand je marche dans la rue, pour me rendre d'un point A à un point B. J'ai repensé à ces phrases de Jankéléwitch dans un entretien où il évoque la réminiscence "touche fugitive qui nous effleure". Les instants qui servent d'occasion à la réminiscence peuvent n'avoir eux-même rien de poétique, mais l'étincelle qu'ils font jaillir telle une étoile filante nous laisse éblouis. Et cette étincelle est d'autant plus fulgurante, que ces réminiscences ne font allusion à rien d'important, à rien de mémorable, ni ne suggèrent rien de grandiose. elles nous renvoient simplement à quelque chose qui ne sera plus, et dont le jamais-plus fait tout le prix" 

4 commentaires:

  1. It's all light and shadow, my friend. I like this picture. I wonder what she is thinking about.

    RépondreSupprimer
  2. I like it too Kwarkito, my favourite kind of day!

    RépondreSupprimer
  3. à mon avis tu as encore pas mal d'années devant toi avant de ....
    en te lisant j'imaginais une balade en traîneau, emmitouflé dans des couvertures chaudes,
    sur la neige blanche qui crisse, soleil sur bleu
    et un cheval qui souffle !
    avant la chaise roulante qui te fait peur et que tu n'auras peut-être jamais !
    carpe diem en attendant
    hop là Kwarkito, bonne journée

    RépondreSupprimer
  4. C'est magnifique. Tu vois, avec le temps, il suffit d'attendre. Déléguons Tchernobyl et Fukushima aux commissions qui sont là pour ça. Tu écris bien, très bien, quand tu ne photographies pas, et le contraire. Et si tout saute, il y aura eu des gens sensibles pour prévenir. Nous sauterons d'ailleurs. Tous. Comme ceux d'avant nous. Oui, oui, CARPE DIEM en attendant. Et si tu permets, un bisou, on en a besoin, notamment de celui qu'on donne.

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à laisser un petit message ça fait toujours plaisir